Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    QUADRUPPANI, Serge

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    QUADRUPPANI, Serge

    Message  Nina le Jeu 17 Juil 2014 - 18:17


    La disparition soudaine des ouvrières
    Edition du Masque - 212 pages.

    Mon résumé :

    Simona et son mari Marco, questeur à la retraite, sont en vacances, qu’on se le dise. Pour faire plaisir à monsieur, qui ronchonne parce qu’il a le sac à main de madame sur les genoux quand madame conduit, ils vont acheter du miel. A la place, ils découvrent un cadavre. Les vacances sont compromises.

    Mon avis :

    La page 72 est formidable. Le reste l’est tout autant.
    Le traducteur des enquêtes du commissaire Montalbano est aussi un excellent auteur de romans policiers, ancré dans notre époque. Cela ne signifie pas que son roman est violent, avec un tueur en série qui éviscère ses victimes, non. Cela signifie qu’il se préoccupe des problèmes de notre société, des problèmes de la nature.
    Les ouvrières en question sont les abeilles, qui disparaissent. Pourquoi, comment ? On ne sait pas vraiment. Par contre, certains ont des idées très arrêtées sur le problème, et surtout, sur la solution à apporter à ce problème – et ce n’est pas forcément très réjouissant. Les enjeux dépassent largement la petite vallée où les écologistes luttent contre les industriels. Ce n’est pas la mafia – ce qui devrait reposer Simona, commissaire anti-mafia qui doit partir en vacances avec son revolver, pour rassurer ses chefs. Les méthodes employées par certains ne valent guère mieux.
    Mais, en Italie comme partout, il y a un grain de sable, la mouche dans le lait, le berger albanais ou le feutre rouge manquant. Et cette commissaire qui préfère rester plutôt que de poursuivre ses vacances avec son mari. Il y a aussi l’humour, omniprésent, les clins d’oeil du narrateur à ses lecteurs, comme protection face à la folle cupidité des hommes.
    Serge Quadruppani, un auteur à découvrir absolument.

    Sycele
    ML
    ML

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Sycele le Ven 18 Juil 2014 - 10:07

    Merci Nina pour ton billet, je connais Camillieri et son héros le commissaire Montalbano, mais j'ignorais que son excellent traducteur écrivait lui aussi .
    Merci encore pour l'information  !

    Pinky
    M
    M

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Pinky le Ven 18 Juil 2014 - 11:03

    merci Nina pour cette présentation, elle est d'actualité en ce moment, le miel sort dans de merveilleux bocaux et propose des bouquets variés.... quant aux cadavres, il n'y a que ceux de nos abeilles ou de frelons clin d\'oeil 

    Nina
    ML
    ML

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Nina le Ven 18 Juil 2014 - 11:08

    Merci Sycelé et Pinky pour votre visite.

    L'auteur fait d'ailleurs un clin d'oeil très appuyé à Montalbano à cette fameuse page 72. J'ai beaucoup aimé.

    Keana
    ML
    ML

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Keana le Dim 20 Juil 2014 - 12:55

    Il n'a pas l'air trop violent, comme tu l'as souligné. Merci pour cet avis Nina !

    Nina
    ML
    ML

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Nina le Ven 24 Avr 2015 - 20:37


    Saturne.
    Edition Folio - 267 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Alors que tout semble paisible aux thermes de Saturne, lieu de repos préféré des Romains, un homme ouvre le feu et fait trois victimes et plusieurs blessés avant de s’enfuir. La commissaire Simona Tavianello est chargée de l’enquête et tandis que la piste terroriste d’Al-Qaeda est toute désignée, elle préfère se rapprocher de Cédric Rottheimer, un détective privé. En mission sur les lieux pour le compte d’un mari jaloux, il a filmé la femme infidèle qui fait partie des victimes. Les meurtres sont d’évidence l’œuvre d’un professionnel et la commissaire ne veut négliger aucune piste, d’autant que, au moment des faits, se déroule à Gênes le sommet du G8. Or les thermes de Saturne sont aussi soupçonnés d’être un lieu idéal pour le blanchiment de l’argent.

    Mon avis :

    Si vous êtes fan d’Andrea Camilleri et de son commissaire Montalbano, vous connaissez déjà Serge Quadruppini, qui est son traducteur officiel. J’ai aimé, d’ailleurs, qu’il rende hommage au « maitre » dans une discrète intertextualité entre les romans siciliens et cette intrigue, sur fond de mondialisation et de lutte contre la Mafia moribonde.
    Tout commençait si bien pour nos protagoniste pourtant. Ils se rendaient en week-end à Saturnia – deux couples, l’un uni, l’autre illégitime et à deux doigts de la séparation, une famille qui sait qu’elle sera bientôt désunie à cause de la maladie du père. Ajoutez un détective, qui devait suivre le couple illégitime et recueillir des preuves. Une fusillade éclate, trois femmes meurent, une adolescente est dans le comas.
    Dire que l’enquête s’annonce ardue, que de nombreux bâtons seront lancés dans les roues de la commissaire est vraiment vous dresser l’intrigue à grands traits. Le tueur est facilement identifié, là est sans doute le point fort du roman. Commanditaires et mobiles sont nettement moins faciles à cerner, même pour leur bras armé.
    Quant aux proches des victimes, elles n’ont plus du tout confiance en la justice, qui ne semble pas tout mettre en oeuvre pour faire toute la lumière sur ses meurtres. Je ne vous parle pas de la commissaire Simona Tavianello, trop impliquée pour qu’on ne cherche pas à la mettre sur la touche. Elle-même ne paraît plus avoir d’illusion sur la justice, ou plutôt sur la possibilité de rendre la justice. Inquiétant ? Oui, bien sûr. Ce qui est intéressant, cependant, est son altruisme. Penser aux plus faibles, toujours – ne recueille-t-elle pas le chat et le lapin de son défunt ami assassiné ? Celui-ci avait presque reconstituer la troupe des musiciens de Brême, avec l’âne et le chien (ne manquait que le coq). Des animaux qui donnèrent plus de fil à retordre au tueur que de la police sur ses trousses.
    Autre point qui m’a touché dans ce récit est l’absence de jugement moral : toutes les histoires d’amour méritent autant d’attention, ont la même valeur, qu’elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles. Ni l’auteur, ni les personnages ne cherchent à quantifier les douleur de celles et ceux qui ont perdu leurs conjoints, homme ou femme. Le lecteur croisera ainsi des personnages remarquables, pour fort peu de temps malheureusement.
    Carpe diem, en pensant aux personnes que vous aimez. Drôle de message pour un roman policier, et pourtant, n’est-ce pas ce que font tous les personnages survivants lors de l’épilogue ? Ils ont bien raison.

    Pinky
    M
    M

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Pinky le Sam 25 Avr 2015 - 8:30

    merci Nina pour cette intéressante présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Nina le Sam 25 Avr 2015 - 21:33

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: QUADRUPPANI, Serge

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:51


      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc 2016 - 5:51