Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    DELTEIL Gérard

    Partagez

    Jo19lyne
    ML
    ML

    DELTEIL Gérard

    Message  Jo19lyne le Mer 21 Jan 2015 - 17:09

    Les annees rouge et noir, de Gérard Deltei aux editions Seuil collection"roman noir", 500 pages

    Quatrième de couverture
    Véritable saga historique et sociale des « Trente Glorieuses », mais aussi thriller aux rebondissements multiples, Les Années rouge et noir retrace les aventures de trois personnages principaux : Anne Laborde, jeune résistante qui s’engagera aux côtés du général de Gaulle et mènera une carrière politique. Alain Véron, frère d’un militant communiste mystérieusement assassiné à la Libération, qui fréquente les boîtes de Saint-Germain-des-Prés et semble avoir mille vies. Et enfin Aimé Bacchelli, ancien collabo et homme de l’ombre, à la recherche de reconnaissance mais aussi de coups tordus...
    Leurs itinéraires vont se croiser à différentes reprises, au gré de l’usage que font certains d’un fichier politique établi sous Vichy, que Bacchelli a pu en partie récupérer et enrichir, et auquel vont bientôt s’ajouter ceux du SAC, autrement dit des barbouzes gaullistes. Au fil des pages, on croise Aragon, Sartre, Krasucki, Frachon, Malraux, Pasqua… et tant d'autres.
    Une fresque passionnante, au parfum de roman d’espionnage, où se dévoilent divers aspects longtemps tenus secrets de la vie politique et sociale de la France de cette période ? des aspects qui, il faut bien le dire, n’ont rien de bien glorieux.

    Gérard Delteil est l’auteur d’une soixantaine de romans publiés chez une douzaine d’éditeurs (Fleuve noir, Gallimard, Actes-Sud, Métailié, Liana Lévy, L’Archipel…).
    Mon avis
    La quatrième de couverture résume bien la teneur de ce roman. C’est effectivement une fresque historique passionnante, dense.
    Apres la guerre deux univers qui s’opposent, essaient cependant de cohabiter pour œuvrer à la reconstruction. Alain ouvrier automobile se syndique à la « cégète », Anne jeune femme brillante arpente les couloirs de Matignon tandis que Bachelli tire les ficelles, dans l’ombre, pour satisfaire son portefeuille et son idéal.
    coup de coeur

    Jo19lyne
    ML
    ML

    DELTEIL Gérard

    Message  Jo19lyne le Mer 21 Jan 2015 - 18:32

    2011, de Gérard Delteil, aux éditions L'Archipel, collection Thriller, 400 pages

    Quatrième de couverture
    2011. Un siècle et un an après la terrible crue de janvier 1910, Paris à nouveau submergé ?

    " Le jour où les quatre fleuves entreront en crue, l'Apocalypse sera proche. La cité de la démence et du péché sera noyée sous les eaux. Elle sera purifiée comme Sodome et Gomorrhe l'ont été par le feu du ciel... "

    Pour les adeptes du Temple de la science mentale, les pluies diluviennes qui, depuis des jours, s'abattent sans discontinuer sur l'Île-de-France prouvent que la prophétie est en train de s'accomplir... Il est temps d'agir.

    Mais la secte n'est pas la seule à voir en cette crue centennale une occasion inespérée. Tandis qu'elle prépare une série d'attentats susceptibles de faire de Paris une nouvelle Atlantide, maîtres-chanteurs et pillards d'un genre nouveau déferlent eux aussi sur la capitale... Les pouvoirs publics semblent impuissants. L'eau monte inexorablement... Bientôt la Seine va déborder, et tout emporter... Que faire pour éviter que la ville ne plonge dans le chaos ? N'est-il pas déjà trop tard ?


    Mon avis
    Scénario catastrophe...? la capitale est-elle protégée d'une nouvelle crue, plus importante que celle de 1910? Les pouvoirs publiques ont-ils œuvrés dans ce sens?
    Ce roman est impressionnant de réalisme, ce qui n'étais peut-être pas le cas en 2004 date à laquelle il est sorti. Depuis il y a Fukushima, la tempête Xynthia...
    A lire.

    Interview de Gérard Delteil par Delphine Peras  France Soir  12 février 2005
    CE N'EST PAS DE LA BLAGUE !
     PARIS COULE-T-IL ? Le bandeau qui orne le nouveau polar de Gérard Delteil n'est pas seulement un clin d'oeil au thriller célèbre de Larry et Collins : c'est une véritable interrogation qui a cours en haut lieu depuis quelques années. Après des mois d'enquête auprès des services de l'Etat et de la Ville de Paris, Gérard Delteil, 64 ans, prolifique auteur de polars et journaliste à ses heures, s'est piqué au jeu de l'anticipation et décrit la capitale inondée dans un thriller moins futuriste que réaliste. Interview.
    -Paris submergé par les eux en 2011 : qu'est-ce qui vous a donné l'idée d'un tel scénario ?

    En tant que journaliste, j'ai eu l'occasion d'assister à des conférences de presse organisées par des chambres de commerce qui mettaient en garde les entreprises contre les risques d'inondation. Même les assureurs envisagent de réviser leurs contrats car ils estiment que le danger est réel. J'ai aussi rencontré des spécialistes, dont un expert qui étudie les ouvrages immergés, que ce soit une péniche immergée ou les fondations d'un immeuble : selon lui les conséquences seront bien plus terribles car énormément d'immeubles vont s'écrouler.
    -Votre roman serait donc très réaliste ?
    Oui, car on a vraiment repris conscience du danger depuis deux ou trois ans, mais très peu de mesures concrètes ont été prises. C'est dans ce contexte d'impréparation que j'ai élaboré mon scénario, de façon à ce qu'il reste plausible en prenant l'hypothèse moyenne, au grand désespoir de mon éditeur qui voulait un roman d'anticipation façon science-fiction. Mais j'ai préféré opter pour un scénario réaliste à partir d'éléments on ne peut plus sérieux. Même dans les quartiers à priori les moins exposés, l'eau va faire de gros dégâts par un effet de vases communicants puisque les sous-sols de Paris sont devenus un vaste gruyère. D'où cet épisode des dalles d'un parking du 19ème arrondissement, pas le plus exposé, qui se mettent à exploser sous la pression hydrostatique.
    Idem pour les scènes de pillage ou le marché noir des piles ?
    Oui, encore une fois j'ai imaginé des situations plausibles sans forcer le trait. Peut-être dans la réalité, y aura-t-il des scènes de panique bien pires que ce que je décris. Mais, pour ce qui est des embouteillages monstres, de la paralysie complète des transports et des télécommunications, des problèmes de pénurie qui se poseront très vite, des gens évacués dans des gymnases, ce n'est pas de la blague !

      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 21:17