Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur Play-Doh 20 Pots De Pate A Modeler – Super Couleurs
6.95 € 13.90 €
Voir le deal

    ANDREVON Jean-Pierre

    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ANDREVON Jean-Pierre  Empty ANDREVON Jean-Pierre

    Message  Pinky Lun 8 Oct 2018 - 16:59

    LES HOMMES MACHINES CONTRE GANDAHAR

    ANDREVON Jean-Pierre  511pfv10

    SF, édité chez Denoël en mai 1997

    272 pages

    Résumé

    Au royaume de Gandahar, sur la planète Tridan jadis colonisée par des êtres humains, une vie sereine et pacifique s'est établie, loin de la technologie et de ses instruments de mort. Mais voici que les oiseaux-miroirs, qui veillent aux limites de Gandahar, annoncent qu'une armée de robots destructeurs est en marche, menaçant l'existence même du royaume. Ces hommes-machines invincibles viennent-ils de Tridan, de l'espace, ou bien d'une autre époque ? La Reine Ambisextra confie à un jeune servant, Sylvin Lanvère, la mission de le découvrir pour tenter de sauver Gandahar de ce péril mortel.

    Né en 1937, abordant tour à tour la science-fiction, le fantastique, la jeunesse ou le thriller, Jean-Pierre Andrevon est l'auteur d'une œuvre littéraire, critique et anthologique délibérément engagée, où il s'emploie à décrypter les errances d'une humanité à la dérive. Gandahar a été adapté sous forme de film d'animation par René Laloux et Philippe Caza.

    Mon ressenti


    Une histoire fantastique qui emprunte les voyages dans le temps passé et futur, pour que le présent s’apaise et ne soit pas mis à mal. J’ai beaucoup apprécié me promener dans le monde de Gandahar, sa beauté, sa faune et sa flore.

    L’auteur a su créer un univers particulier et merveilleux, imprégné de détente, de tranquillité et de sérénité. Et puis, la menace arrive… Comment faire face ?

    Il n’y a pas de violence extrême dans ce roman, pas de combat, de corps à corps, d’armes qui crépitent ou d’épées qui s’entrechoquent, de corps disloqués ou transpercés… ce qui domine l’histoire est le bien-être et l’innocence, ce qui donne parfois un sentiment de mièvrerie ou de naïveté…

    Les décisions prisent dans le présent impacte notre futur. Le peuple de Gandahar va le découvrir rapidement.
    A découvrir

      La date/heure actuelle est Jeu 22 Avr 2021 - 13:14